Petit meurtre sur napperon

Mohammed Aïssaoui et Grégoire Delacourt animaient hier un réjouissant atelier au salon du livre de Paris, en partenariat avec le Figaro littéraire. « Vous voulez tuer votre voisin(e). Pourquoi ? ». Telle était la consigne de l’exercice. Je partage avec vous ce « petit meurtre sur napperon » écrit en temps limité.

Napperon. CC Pixabay

Colette ajuste le napperon au centre de la table et dispose symétriquement les deux verres à Porto, le seau à glace et la coupelle à cacahuètes. Le premier coup de sonnette lui laisse le temps de sourire à son reflet dans le miroir du couloir. Sa mise en plis et ses pattes d’oie rieuses ne la trahiront certainement pas. Colette se sait insoupçonnable.

Il y aura sûrement enquête, oui. Quoi que. Qui s’inquiètera du décès d’un vieillard ? Il mourra sûrement dans son lit. Il boira son Porto. Mangera ses cacahuètes. N’y devinera pas le goût du poison. Elle attendra un peu puis lui dira.

« Tu vas mourir cette nuit, voisin », elle lui dira. Il n’osera pas demander pourquoi. Ou peut-être que si. « Tu devrais plutôt demander pour qui », elle lui répondra.

Colette laisse le troisième coup de sonnette s’étirer un peu. Son écho sur les murs du couloir semble lui renvoyer en réverbération les pleurs et les cris de ses anciennes collègues. Ces chagrins, vieux de quarante ans, hantent toujours ses nuits. Avec elle, il n’avait jamais rien tenté. La crainte de son mari, sûrement. Maintenant que son cher Ernest dort sous terre, elle peut les venger, ses anciennes amies détroussées, humiliées, licenciées. Oui, elle va sécher définitivement ces larmes et enfin pouvoir passer une bonne nuit.

Le quatrième coup de sonnette se fait plus insistant. Elle imagine son voisin s’impatienter sur le palier et ça la réjouit. Elle imagine Monsieur Boulet, contremaître en retraite, ruminer son impuissance face à cette porte close.

Colette inspire un grand coup et lui ouvre la porte.

– Bonsoir, cher voisin. Comme c’est aimable d’avoir accepté mon invitation. Depuis toutes ces années, nous aurions dû prendre cet apéritif ensemble bien plus tôt.

 

Isabelle Kichenin

 

The following two tabs change content below.
isabellekichenin
Auteure et rédactrice. Ile de La Réunion
isabellekichenin

Derniers articles parisabellekichenin (voir tous)

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *