Blog culturel et littéraire – Ile de La Réunion

Face au brouhaha du monde anxiogène, certains cultivent leurs jardins, d’autres bricolent d’ingénieux meubles de récupération. Moi je tricote des mots. Je les pose parfois sur les œuvres d’artistes ayant touché ma corde sensible. Et quand les mots se mettent à cabrioler couleurs, à tempêter émotions, à voyager imaginaire, je concocte des confitures de poèmes ou laisse mijoter de courtes fictions. Bonne lecture ! - Isabelle Kichenin

Carambole carambar

  Quand ma vie était carambole Je faisais des bonds des cabrioles J’avais les cheveux porc-épic Le cœur étoilé vitaminé De la poésie dans mon soubik* Et des soupirs à se damner Carambole Coupe au bol Carambar Coudes au bar Quand ma vie était carambole Jeux de kadoks et pigeon vole Je rêvais pastille et paletot Je me couchais tard…

Maman Gandhi punk

  25 ans après, je retrouve une amie de lycée. On est aujourd’hui toutes les deux mamans. Un graff d’un Gandhi punk semble résumer nos vies. Les enfants jouent au salon. Ils se connaissent depuis quelques heures et semblent déjà s’entendre. La magie de l’enfance. Ça ne s’embarrasse pas de précautions, de mots mesurés, de minauderies, l’enfance. Ça écoute ses…

Lignes d’écriture

Quelque part, à La Réunion, dans les années 60, un petit garçon s’applique à ses lignes d’écriture pour oublier la faim. Travail de fiction en cours en vue d’un roman.   Aujourd’hui j’ai attrapé une sauterelle. Tous les garçons me couraient après dans la cour de l’école. Ils allaient me la prendre. Ils sont plus rapides que moi. Forcément, je…

Mes âmes sœurs

Je vous croise parfois Au détour des chemins Dédales virtuels Antiques parchemins Je vous retrouve alors Comme si c’était hier Comme si nos retrouvailles Devaient durer toujours Nul besoin aujourd’hui De feindre la surprise Vous me plaisez l’ami(e ) Je vous l’ai déjà dit Dans cette vie antérieure Cet autre espace-temps Où vous étiez ma sœur Ma mère mon amant…

Jésus a un incroyable talent, ou le jour où j’ai failli trouver un éditeur 

J’observe la falaise. Si ça tombe à nouveau, je suis morte. Là maintenant tout de suite. Si je meurs sous un éboulis, qui ira chercher mon fils à l’école ? Qui lui racontera une histoire ce soir ? Ça avance un peu devant, non ? Alors pourquoi suis-je à l’arrêt ? Plus d’une heure de quasi immobilité sur cette fichue route du littoral basculée.…

AMOR

Son odeur dans mes draps Mes doigts qui improvisent L’alphabet braille du cœur Dessinent dans les airs Ses taches de rousseurs Sa cuisse tatouée Le contour de ses lèvres Il y a des nuits comme ça Où ses yeux amusés Son esprit affûté Font bouclier tendresse À mes rêves tourmentés De ces nuits séquencées Insomnie apaisée Nocturne champs de coton…

Rock Sakay: l’événement littéraire réunionnais

Emmanuel Genvrin, fondateur de la mythique troupe de théâtre réunionnaise Vollard, publie son premier roman, Rock Sakay, à paraître chez Gallimard le 1er septembre. On a lu ce road-movie initiatique et on a suivi avec délectation Jimi, adolescent fan d’Hendrix, promener ses rêves, son amour passionné pour Janis et ses désillusions entre Madagascar, La Réunion et l’Hexagone. Rock Sakay sera…

Petits bonheurs de médiatrice

  Depuis le 12 juillet, j’expérimente une nouvelle aventure : la médiation d’une exposition sur le livre jeunesse, Zistoires en cubes, à Saint-Paul de La Réunion. Et cette expérience me comble de petits bonheurs et de grandes surprises.   Ça commence le jour de l’ouverture. Discours officiels, petits fours, et déjà quelques enfants déambulant dans les « cubes-livres ». Des enfants venus avec…

Blandine

  Le vin d’honneur était servi dans la petite salle des fêtes. Deux ballons roses oubliés au plafond rappelaient à l’assemblée d’habits sombres que dimanche dernier, il y avait fête ici. Dimanche dernier, on mariait Solange. Aujourd’hui on enterrait Blandine et Solange avait troqué robe blanche et sourire contre une mine aussi grise que son tailleur. Reine dimanche, elle rasait…

La clé

    Son pas lui sembla plus lourd et plus bruyant ce soir-là. Il sentit les graviers crisser sous ses chaussures de chantier et se dit que Sarah allait l’entendre. Paul suspendit un instant son geste, interrompant sa marche, et laissa son pied flotter en l’air. Il s’imagina suspendre ainsi le temps, éloigner l’orage qui ne manquerait pas de gronder…